Le retour à la réalité..

Habituellement, les grands brûlés en ont envie depuis un bon moment. Enfin retourner dans ses affaires, s’étendre sur son sofa, manger ce qu’on aime! Les choses semblent merveilleuses lorsque le congé est prononcé, mais ce n’est pas si simple.

Consultez les étapes du retour au quotidien:

Tâches du quotidien

En arrivant à la maison, il se peut que les tâches simples soient devenues beaucoup plus difficiles. Réussir à faire sa vaisselle ou passer son aspirateur peut prendre beaucoup de temps et d’énergie, en plus d’avoir de la difficulté à faire certains mouvements. On peut ajouter la fatigue à ces écueils.

Il se peut que la personne brûlée se sente alors moins capable qu’auparavant. En ayant un horaire et des priorités dans ses objectifs, cette impression peut être moins vive et faire place au sentiment de devoir s’adapter plutôt que de composer avec une incapacité.

Routine de réadaptation

Le CLSC effectue le suivi des plaies au besoin. En plus de ces soins, le grand brûlé continuera de voir un ergothérapeute et/ou un physiothérapeute. S'y ajoutent les exercices à compléter à la maison ainsi que le temps de se rendre en thérapie et les tâches quotidiennes.

Le temps doit être évalué différemment. Une bonne partie de la semaine est consacrée à la réadaptation et aux activités domestiques. En ayant des attentes réalistes, le grand brûlé, comme les membres de sa famille, sera encouragé par les progrès réalisés sans qu'il ne se sente continuellement en échec.

Travail

De nouveaux défis s’imposent lors de son retour au travail. En raison de l’accident, du jour au lendemain, le grand brûlé doit s’absenter plus longtemps que prévu. La coupure avec ses amis et collègues est drastique. Le travail est également important puisqu’il rapporte l’argent nécessaire pour combler ses besoins et ceux de ses proches. Il représente aussi la fierté de contribuer à la société et un moyen de s’accomplir personnellement.

Le retour au travail se planifie et Entraide Grands Brûlés soutient cette démarche. Peut-être que l’absence s’est prolongée beaucoup plus que prévu? Plusieurs victimes de brûlures ne veulent pas expliquer à tous ce qui leur est arrivé, tout ce qu’elles ont vécu. Une majorité reprennent leurs activités d’avant l’accident. Il suffit d’effectuer un retour au bon moment, pas trop tôt, pas trop tard. Entraide Grands Brûlés structure ce retour en travaillant avec les employeurs et collègues pour s’assurer que le milieu de travail soit accueillant et respectueux des besoins de chaque grand brûlé (retour progressif, conférence sur les brûlures, prévention, sensibilisation).

Consulter la vidéo explicative : Les bénéfices du retour au travail pour les grands brûlés >
Consulter la vidéo explicative : Attitudes favorables au retour au travail de la part des collègues >

Pour certains, ce n’est pas possible de réintégrer le même type d’emploi. Plusieurs ne veulent pas affronter les lieux de l’accident s’il est lié au travail. Cette crainte est commune. Pour d’autres, l’accident a transformé le regard porté sur la vie. Près de 9 victimes de brûlures sur 10 disent vivre mieux aujourd’hui qu’avant l’accident: les valeurs et principes de vie ont changé. Il est donc raisonnable d’y voir des raisons suffisamment fortes pour vouloir changer d’emploi. Entraide Grands Brûlés offre un accompagnement dans ce changement. La CNESST intervient dans les cas où l’accident s’est produit au travail.

École

Des démarches similaires s’appliquent autant en milieu scolaire qu’en milieu de travail. Certains grands brûlés adultes voudront retourner à l’école afin de trouver un travail plus en accord avec leurs (nouveaux) besoins. Un processus de réorientation accompagne souvent une telle démarche. Dans ce cas, les centres de réadaptation ont des ressources pouvant aider ceux et celles qui prennent cette voie.

Toutefois, la plupart des retours en classe sont vécus par des enfants et adolescents. Ils reviennent dans un milieu où la maturité émotionnelle fait souvent défaut, en plus d’y subir certaines indélicatesses.

  1. Il faut donc préparer les camarades à accepter une personne dont l’apparence a parfois radicalement changé. Il faut les préparer au fait que cet enfant ne puisse faire toutes les activités comme les autres ou comme il les faisait avant l'accident. Il faut les préparer à voir des cicatrices ainsi que tous les dispositifs de soins reliés aux brûlures, comme les vêtements compressifs, les masques, les prothèses, etc.
  2. Émotionnellement, il faut préparer l’ensemble d’une école à ne pas poser mille questions qui peuvent raviver des souvenirs douloureux ou déclencher de la colère, de la frustration, de la détresse ou de l’anxiété, tout cela lié à l’accident et aux brûlures.
  3. Par ailleurs, il faut prendre le temps d’expliquer aux enfants comme au personnel scolaire, tout ce que comprend le processus de guérison d’un grand brûlé: le temps qu'il consacre à sa routine de réadaptation, aux exercices qu’il fait le soir, aux tâches qui prennent plus de temps à accomplir, à la fatigue et au manque d’énergie plus prononcés, au manque de concentration et de mémoire pouvant se produire, etc. La liste des impacts est longue et ça prend du temps avant de se rétablir complètement (ou confortablement).
  4. Entraide Grands Brûlés accompagne toutes les personnes en vue d'intégrer un milieu scolaire, ou même un milieu de garde pour les plus jeunes, afin d’éviter leur stigmatisation et augmenter leurs chances de réussite.

Camp

Entraide Grands Brûlés, l’Association pour grands brûlés F.L.A.M. (basée à Québec) et la Fondation des pompiers du Québec organisent un camp destiné aux grands brûlés victimes de brûlures pédiatriques.

Ce camp, d’une durée d’une semaine, est offert gratuitement à tous les enfants âgés de 7 à 17 ans. Nous voulons ainsi offrir une semaine de répit à ces enfants qui vivent trop longtemps et trop souvent durant le reste de l’année avec des regards indiscrets. Ils peuvent alors faire toutes les activités qu’ils veulent accomplir, sans subir de peurs ou de jugements déplacés (ex. enfiler un maillot pour la baignade). Les enfants y forgent des amitiés durables où ils se sentent parfaitement compris et acceptés.

Appelez Entraide Grands Brûlés au 514.527.7555 pour plus d’information et pour effectuer une inscription, ou contactez-nous par courriel à info@entraidegb.org.

Psychologie

  1. L’apparence des cicatrices s’améliorera dans les mois et les années suivant l’accident, mais vous aurez néanmoins à composer avec un changement de votre aspect physique.
  2. L’écart entre les deux images que vous avez de votre corps, celle d’avant et celle de maintenant, sera moins grand avec le temps. En attendant ces progrès, vous devrez apprendre à être plus confortable avec votre nouvelle image corporelle malgré ce qui restera visible.
  1. Après un certain temps, même s’il y a eu des progrès notables, certains seront confrontés à des pertes : perte de force ou d’endurance physique, perte d’habiletés, perte de confiance en soi. À cela peuvent s’ajouter des inquiétudes liées au travail, comme la capacité de soulever des charges, la dextérité, la productivité, compléter une journée de travail normale, etc.
  2. Il est possible qu’une victime de brûlures ait aussi perdu un proche dans l’accident. Ce deuil s’ajoute aux précédents.
  3. Ce sentiment de pertes peut également s’accompagner de réactions de deuil telles que la peine, la frustration, la colère et même d’un sentiment d’injustice. Ces réactions peuvent se résoudre graduellement dans le processus de deuil. On constate alors un regain d’énergie, une réorganisation de la vie, une reprise en main d’activités et de projets. Il est possible que l’aide d’un psychologue soit bénéfique, voire nécessaire. L’accident et ses suites constituent un événement hors de l’ordinaire qui requiert des soins et du soutien spécialisés.
  1. Lorsqu’un grand brûlé est à l’Unité des grands brûlés du CHUM et à Villa Medica, il est en contact continu avec des gens qui le comprennent. Thérapeutes, personnel infirmier et autres patients: tous savent ce que c’est d’être gravement brûlé.
  2. De retour à la maison, il est probablement le seul dans sa famille et dans sa communauté à avoir subi des brûlures. Peut-être qu’il sent que personne, pas même sa propre famille, comprend ce qu’il vit. Des tensions peuvent apparaître, ce qui en pousse plusieurs à s’isoler tranquillement.
  3. Tous les proches et amis qui étaient si présents au début, lors de l’hospitalisation, reprennent peu à peu leur vie aussi. Ils sont moins présents. Une sensation immense de solitude remplit le quotidien de plusieurs grands brûlés. Il n’est pas rare de voir apparaître des signes de détresse et de dépression.
  4. Avec une apparence physique différente, une routine qui nous sort de l’ordinaire, une nouvelle réalité apparaît. La vie a changé. Le niveau d’énergie n’est peut-être plus le même, le travail n’a peut-être pas repris et les loisirs se sont possiblement restreints. Plusieurs ont de moins en moins le goût de sortir et de répondre à des questions visant leurs brûlures et l’accident. Beaucoup se méfient aussi du regard des autres et peuvent même le fuir.

On constate souvent un processus de croissance personnelle suite à de telles épreuves. Les gens remettent à l’avant-plan ce qui a le plus d’importance pour eux. Des études témoignent que neuf personnes sur dix rapportent des changements positifs dans plusieurs domaines de leur vie : qualité des relations, sentiment de découvrir de nouvelles possibilités ou d’avoir développé des forces personnelles, changements au plan philosophique ou spirituel, ainsi qu’au plan de l’appréciation générale de la vie.

Entraide Grands Brûlés

Entraide Grands Brûlés est bien présent pour les victimes de brûlures au retour à domicile. Il constitue un maillon important en ce qui concerne les risques à long terme que comporte la guérison des brûlures, tant aux plans physique que psychologique. C’est pourquoi il y a un suivi pour chacun de nos membres: un suivi deux semaines après le congé de l’hôpital, trois mois, six mois et à chaque année par la suite. Il s’agit d’une mesure préventive pour limiter les effets et symptômes liés à l’accident et aux cicatrices.

Entraide Grands Brûlés assure un lien de communication avec la communauté des grands brûlés. Bien des victimes de brûlures se retrouveront seules dans leur environnement à avoir vécu un tel traumatisme physique et psychologique. Des impacts sur le corps et la santé psychologique peuvent apparaître des mois, voir des années après l’accident. Il est important d’être mis en contact avec d’autres victimes qui ont survécu à un événement similaire, afin qu’elles se sentent comprises et combattent leur tendance à l’isolement. Un intervenant peut alors effectuer les références pour des soins professionnels qui s’avèrent nécessaires.

Il est possible de recevoir un soutien financier aussi pendant cette période afin de faciliter l’accès aux soins de santé et de réadaptation. Sous certaines conditions, certains coûts liés au transport vers des traitements ou pour du matériel non couvert par la RAMQ peuvent être défrayés.

Enfin, Entraide Grands Brûlés travaille à optimiser le retour à la vie normale en offrant plusieurs services destinés à la santé physique, mentale et sociale des grands brûlés. Visiter la page sous l’onglet Services pour en connaître davantage.

Pendant les différents parcours vers la guérison, nous entendons des récits où la tristesse, la colère et le découragement sont présents. Toutefois, nous entendons aussi des histoires remarquables où la force, la détermination et le rire ressortent comme des rayons perçant les nuages et chassant la tempête. En tant que patient, on comprend un peu plus à tous les jours ce que cela signifie que d’être grand brûlé. L’histoire de chaque patient s’ajoute à celles vécues par d’autres avant. Une sorte de mémoire collective se met en place où tous peuvent puiser de l’inspiration et du réconfort.

Consulter la vidéo explicative : Parcours de guérison des brûlures >

C’est une mémoire qui assure que nous ne sommes pas seuls, que nul ne doit l’être et que personne ne le sera.